Bouchées (surprises !) au poulet… mais pas que !

Ahh le poulet.
– La bête noire d’une finale « top chef Web Série »  où on vous annonce que vous avez 2mn pour choisir les ingrédients/concevoir une recette d’enfer à base de poulet et où tout vire au cauchemar ;
– le tabou d’une végétarienne qui regarde les émissions chocs de Jamie Oliver ;
– le triste régime de base d’un sportif averti et de sa compagne en détresse ;
Bref, THE INGREDIENT qui mérite sa revanche.

Nous voici donc dans le cadre du second Challenge Comté, que nous voulons définitivement relever à deux Cécile et moi…
Le thème : une recette estivale autour du comté :
Eté = soleil = apéro
Apéro = salé = finger food
Comté fondu = pécher mignon.

A force d’un brainstorming pas si évident pour l’une, traumatisée par le poulet et ses derniers ratés culinaires et l’autre, végétarienne au régime, on en arrive à ça :

Pour 4 personnes :

4 blancs de poulet
250g de jambon de parme
150g de comté
Une cuillère à soupe de miel
Une cuillère à café de poivre vert concassé
Une tasse de chapelure
Un œuf
De l’huile de friture pour la cuisson
(NB : la friture, pour peu qu’elle soit correctement utilisée, n’est pas « si » grasse/malsaine que ça. Il suffit de bien éponger les petites boules sur un papier absorbant une fois cuites, et d’utiliser une huile à bonne température. De plus, nous sommes certaines que cette recette est malgré tout plus saine qu’une traditionnelle poignée de cacahuètes !)

1. Mixer ensemble le poulet et je jambon. Assaisonnez avec le miel et le poivre vert.
2. Coupez le comté en cubes d’environ 1.5cm de côté.
3. Dans le creux de votre main,  formez une boulette avec l’équivalent d’une petite cuillère à soupe de viande et glissez un cube de comté au centre de cette boulette. Renouvelez l’opération jusqu’à épuisement de la viande.
4. Battez l’œuf en omelette, plongez-y les boulettes avant de les rouler une à une dans la chapelure.
5. Une fois que les boulettes sont toutes enrobées de chapelure, faite-les frire dans de l’huile végétale à 180°, jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées.

A déguster à l’apéritif avec les doigts ! (ou en plat unique, avec une bonne salade !)

Enfin, pour citer notre cher Beau Frère : Le comté, on l’aime sans compter !