Beignets de pâtes

Une recette roborative, simple et délicieuse : l’incontournable des dimanches soirs et plateaux-tv-de-feignasse.

Les proportions dépendent de la quantité de pâte utilisée. En général, moi, j’utilise un gros bol de reste de pâtes. Le jour de cette photo, j’avais des spaghettis.

Ingrédients :
1 gros bol de restes de pâtes froides
100g de farine
12,5cl de bière
12,5 cl de lait
1 oeuf
1 cuillère à café de bicarbonate de soude
50g de fromage râpé
Sel, poivre
Huile pour la friture

1. Dans un saladier, versez la farine, le bicarbonate, le sel et le poivre. Faites un puits au milieu.

2. Ajoutez au centre du puits l’oeuf, le lait et la bière. Mélangez jusqu’à obtenir une pâte à consistance homogène.

3. Incorporez les pâtes et le fromage.

4. Faites frites des petites cuillères à soupe de beignets dans une sauteuse avec 3 à 5cm d’huile. Après environ 3 minutes de cuisson, lorsque la surface des beignets fait des bulles, retournez les et prolongez la cuisson de 3 minutes.

5. Epongez les beignets sur du papier absorbant et dégustez chaud… avec une bonne salade !

Tarte fine poire-camembert. Et en prime: Gagnez des entrées au salon de l’agriculture !

Cette année, j’ai enchaîné tous les maux d’hivers et je me retrouve mi-février complètement sur les rotules. On reprend donc les bonnes résolutions : le plein de vitamines et de minéraux, 5 fruits et légumes par jour, et tout le tralala.

Comme ce soir était une soirée «grignotage» devant un replay de topchef vraiment foireux (remixage de McDo froid), je me suis dit que moi aussi, j’allais remixer mes vieux restes.

La semaine dernière, j’ai visité avec ma Designer Culinaire préférée la fromagerie Graindorge à Livarot, d’où j’ai ramené pas mal de petites choses intéressantes, notamment un camembert biennnnnn affiné, qui se marie parfaitement avec la note sucrée de la poire.

En deux coups de mandoline et trois de cuillère à pot, j’enfournais cette petite tarte fine, qui reçu franc succès au sortir du four.  Hop, un fruit de plus au compteur !

Et vous, vous en êtes où ?
Racontez-moi en commentaire comment vous arrivez à caser vos 5 portions de fruits et légumes sur une journée ! Le sort décidera du gagnant, qui aura la chance de pouvoir visiter le Salon de l’Agriculture 2014, avec deux personnes de son choix.
Vous aurez l’occasion d’y rencontrer les équipes Interfel – Les Fruits et les Légumes Frais –  qui seront présentes pour la seconde année consécutive.

Je vous laisse jusqu’au 20 février minuit pour participer.
Le Salon de l’Agriculture 2014 aura lieu du 22/02 au 2/03 à Paris (Porte de Versailles).

En attendant, voici ma recette

Ingrédients pour 4 personnes :
1 pâte feuilletée pur beurre pré-étalée
3 poires
1/2 camembert au lait cru biennnnn affiné
1 tour de moulin à poivre

1. Préchauffez le four à 200°C.
2. A l’aide d’une mandoline (ou au couteau si vous êtes fort(e)s) coupez les poires en fines lamelles. Coupez le camembert le plus finement possible, cette fois-ci au couteau.
3. Déposez la pâte feuilletée sur une plaque de cuisson. Répartissez-y harmonieusement les lamelles de poire et de camembert. Poivrez.
4. Enfournez pour environ 25 minutes, jusqu’à ce que la tarte soit bien dorée.

Dégustez tiède, avec une bonne salade !

Petits beignets de Cottage Cheese au Chavignol

J’adore le fromage, sous toutes ses formes.
Ca, Belle-Maman l’a compris ! Elle m’offre régulièrement pleins de petits Chavignols (directement importés de la ferme) qui sont absolument délicieux.
Mangeant de la salade de chèvres chauds matin, midi et soir, j’ai fini par imaginer une autre recette pour accommoder ces petites douceurs : en beignets tout chauds, moelleux et croustillants – un vrai régal.
J’ai réalisé une base de cottage cheese qui apporte de « la tenue » aux beignets, bien meilleure que la ricotta.


 

Ingrédients pour 4 personnes :
250g de cottage cheese
1 crottin de Chavignol
2 cuillères à soupe de farine
1 oeuf
½ sachet de levure
Sel et poivre
De l’huile de friture pour la cuisson.

1. Mixez le chèvre. Ajoutez-y le cottage cheese, la farine, la levure, le sel et le poivre.

2. Clarifiez l’œuf et ajoutez le jaune au mélange précédent.

3. Montez le blanc en neige et incorporez-le délicatement à la préparation.

4. Faites chauffer l’huile à 180°. Formez des petites boules de pâtes à l’aide de deux cuillères et plongez-les dans l’huile. Retirez-les dès qu’ils sont bien dorés et épongez-les soigneusement sur du papier absorbant.

A déguster bien chaud, avec une bonne salade !

Cappuccino de cèpes aux châtaignes

Il y a quelques temps, j’ai eu la chance de participer à un Brunch organisé par Melitta, à l’occasion duquel j’ai découvert la petite dernière de la gamme : la Cremio
Globalement, c’est entre le fouet-à-lait et la bouilloire, cela permet de faire mousser du lait (de vache, de soja…).
Sauf que la Crémio peut aussi chauffer le liquide qu’on y met : bien pratique pour les réfractaires comme moi qui n’ont pas de micro-onde. On met son liquide froid, et on récupère de la mousse de lait chaude : idéal pour toutes les boissons type macchiatto, cappuccino et tutti quanti.

Tellement « tutti quanti » que je m’en suis servi pour faire un cappuccino version salé, à base de cèpes et de châtaignes. De quoi réchauffer nos petits cœurs face à l’hiver qui pointe son nez…

Ingrédients :

250g de cèpes
1L de bouillon de légumes (ou d’eau)
1 échalote
1 petite boite de châtaignes cuites
20g de beurre
20cL de lait de soja
Sel, poivre

Nettoyez et émincez les cèpes. Ciselez  l’échalote.

Dans une casserole, faites fond le beurre à feu doux. Faites revenir l’échalote jusqu’à ce qu’elle soit translucide, puis ajoutez les cèpes. Laissez cuire 5 minutes environ.

Ajoutez le bouillon (ou l’eau), salez et poivrez selon vos goûts et
laissez cuire une quinzaine de minute.

Ajoutez les marrons et poursuivez la cuisson 5 minutes supplémentaires.

Mixez finement la soupe.

Versez le lait de soja dans la Cremio et laissez tourner l’engin jusqu’à l’obtention d’une jolie mousse.

Servez la soupe dans des verres et ajoutez quelques cuillères de
mousse de lait de soja sur le dessus.

 

La bonne nouvelle arrive ici : j’ai une Crémio à offrir ! Pour participer, vous avez jusqu’au 31 octobre minuit pour mettre un commentaire à cet article. Je tirerai au sort le nom de l’heureux gagnant !

 

Arancini à la mozzarella

Quand l’envie de soleil se fait sentir, me prennent des envies de cuisine méditerranéenne.
Hier c’était un risotto, dont il me reste une tasse aujourd’hui… alors plutôt que de le jeter, je lui rends une seconde vie, toute aussi noble et délicieuse !

Ingrédients :
1 tasse de restes de risotto
1 boule de mozzarella
1 tasse de chapelure
1 œuf
de l’huile pour la friture
– Façonner des boules de risotto de la taille d’un citron vert. Y glisser au milieu un petit cube de mozzarella, bien refermer les boules.

– Battre l’œuf.
– Rouler successivement les boules de risotto dans l’œuf battu puis dans la chapelure. Renouveler l’opération une fois pour une croute plus épaisse et croustillante.
– faire frire les Arancini jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

Déguster sur le champ, avec une bonne salade !

Risotto au Thermomix (ou « chérie, on a des invités à l’improviste ce soir ! »)

Voici ma recette préférée quand des amis débarquent à l’improviste : le risotto au Thermomix. Simple et efficace, elle permet de quitter la cuisine et de bichonner ses invités pendant la cuisson ! On peut décliner ce risotto à l’infini avec des champignons, asperges, petits pois…. lesquels seront ajoutés en même temps que le vin blanc. Ma version préférée, c’est au safran, avec zest de citron et du mascarpone !
J’étais un peu sceptique au début, du fait de verser le bouillon en une fois, mais à ma grande surprise, la consistance est parfaite !

Ingrédients pour 4 personnes :

1 oignon
50 g d’huile d’olive
30 g de parmesan
20 g de beurre
400 g de riz type Arborio ou Carnoli
1 litre de bouillon (légume ou volaille)
½ gobelet de vin blanc
sel
poivre

 

Préparation:

1. Mettez l’oignon dans le bol et programmez 3 secondes Vitesse 6.

2. Ajoutez l’huile d’olive, et programmer 5 minutes à 100°, vitesse 3 (inversé)

3. Introduisez le fouet sur les couteaux. Ajoutez le riz dans le bol ainsi que le vin.
Programmer 4 minutes en « Varoma », vitesse « mijotage » (inversé)

4. Ajouter le bouillon en une seule fois, le sel et le poivre.
Programmer 18 minutes en « Varoma », vitesse Mijotage (inversé)

5. A l’arrêt de la minuterie, disposez le beurre froid sur le riz. Remettez le couvercle et laissez reposer quelques minutes.

6. Enfin, mélangez le tout 2 minutes, vitesse 2, sens inversé.

Serviez aussitôt !

 

Salade de quinoa, courgette crue et feta

Qu’on se le dise, j’ai toujours une dent contre les légumes cuits. (Personne n’est parfait après tout…) Et quoi de mieux, pour convertir les amis et faire taire les sarcasmes, que de leur faire manger des légumes crus un peu à leur insu ?
Me voici partie dans un projet « salade », à base de plein d’ingrédients « bizarres », ou du moins « inconnus » à mon « co-pique-niqueur » du midi… qui de surcroit n’aime pas la vinaigrette !

Une recette toute en fraîcheur, testée et finalement largement approuvée !

 

Ingrédients :
1 verre de quinoa
2 petites courgettes bio
250g de feta
50g d’amandes entières
50g de raisins sec
1 petit bouquet de menthe
1 cuillère à café de graines de coriandre moulues
Sel, poivre, huile d’olive.

  1. Rincer le quinoa. Le faire cuire dans deux fois son volume d’eau et un peu de sel (départ à froid) jusqu’à ce que toute l’eau ait été absorbée par les graines.
  2. Pendant ce temps, faites gonfler les raisins secs dans deux fois leur volume d’eau chaude.
  3. Couper les courgettes en fine brunoise. Si manque de temps, hachez-les directement au mixeur. Hachez la menthe et les amandes grossièrement.
  4. Dans un saladier, mélanger l’ensemble des ingrédients. Ajoutez en dernier la feta émiettée.
  5. Arrosez largement d’huile d’olive, assaisonnez selon votre convenance avec sel, poivre et coriandre moulue.

Petit conseil : cette salade est encore meilleure après une nuit au frigo !

 Et finalement ceci est une recette sans :
– gluten
– légumes cuits
– vinaigrette…
comme quoi en se creusant la tête, on peut faire de bons petits plats  même pour les plus difficiles !

Tzatziki de Fenouil

Cette histoire commence avec la mort de Rob’, un robot réputé « robuste » (en fait pas tant que ça… notez ici l’allitération en R. Grrr…). (et je passe l’épisode de l’interlocuteur  de mauvaise foi qui refuse finalement de prendre en charge l’envoie du robot-sous-garanti en réparation – 50€ pour ma pomme, allez savoir pourquoi ?)

Allez, la bonne nouvelle, c’est que ce départ marque l’arrivée de Thermomix dans ma petite cuisine ! Pour tester la qualité de ce petit génie (échaudée par l’histoire de Rob’), je me suis dit qu’il fallait le tester au moins dix fois, à peine nombre de fois dont je m’étais servie de Rob’ avant surchauffe du moteur.
Donc j’en arrive à y mettre tout et n’importe quoi, en favorisant ce qui est dur et ce à quoi je n’aurais jamais pensé avant.

Comme il fait très chaud aujourd’hui et qu’il est temps de ramasser mes petites carottes sur le balcon, je me suis improvisé un tzatziki.

Honnêtement, j’avais encore des concombres dans le frigo mais pour éprouver mon nouveau jouet,  j’ai plutôt choisi un bon gros fenouil. Tout comme le concombre, il a un goût assez subtil et est gorgé d’eau. De plus, sa saveur légèrement anisée allait pouvoir compenser le fait que je n’avais pas d’aneth sous la main (utilisée traditionnellement dans le tzatziki grec)
Je coupe le bulbe en gros morceaux, les mets dans la cuve de Thermo avec une cuillère à café de sel et mixe tout à puissance maximale pour tester la bête. Au bout de quelques secondes, je récupère mon fenouil pulvérisé : simple, rapide, efficace. Le résultat final est surprenant, très frais et subtil.

Ingrédients :
1 gros fenouil
1 yaourt à la grecque
1 cuillère à café de sel, poivre
Des herbes fraîches (j’ai mis du basilic)
Une grosse lampée de très bonne huile d’olive

1. Mixez ou râpez le fenouil très finement. Ajoutez le sel et faite le dégorger en le pressant régulièrement pour en enlever le plus d’eau possible.
2. Ajoutez le yaourt, les herbes ciselées, le poivre et l’huile d’olive.
3. Idéalement, réservez au frais quelques heures avant de servir pour laisser le temps à toutes les saveurs de se développer.

A déguster avec des crudités, sur des tartines de pain grillé ou pourquoi pas comme base d’une salade composée !

Les chataîgnes de mon enfance…

« J’ai grandi dans un petit village en Picardie, au milieu de champs et de quelques forêts.
Là bas en Automne, c’était le rendez-vous des châtaignes ; on partait en famille le dimanche après-midi avec nos bottes en caoutchouc et nos sacs plastique à la recherche de cette manne saisonnière. Ca nous prenait l’après-midi pour en avoir un bon stock, suffisamment pour frimer le lendemain à l’école…
Arrivées à la maison, on essayait d’aller aider notre mère à les préparer, ces châtaignes : une petite entaille dans chaque, et grillées dans une poêle bien chaude jusqu’à ce qu’elles soient toutes noires : rien de plus ! Bien plus patiente que nous, notre mère finissait pourtant souvent toute seule à les préparer.
Notre père ramenait quant à lui une bonne salade du jardin, une scarole ou une frisée…
Et voilà, un repas aux airs de fête, parce que les châtaignes, on attendait ça toute l’année ! On mange ça avec les doigts quand c’est encore brulant, que dehors il fait nuit et que demain, c’est déjà l’école !

On est loin d’une recette sophistiquée ici, j’avais juste envie de vous transmettre un peu de cette tradition de « quand on était petites », parce qu’aujourd’hui quand je vois des châtaignes, c’est tout au mieux sur les étales du marché ou perdues dans une recette compliquée alors qu’en soit, une châtaigne… ça se suffit à soi-même ! »

(Paroles d’une grande fille nostalgique et marquée par sa dernière visite dans un restaurant pompeux proposant une sorte de « crème de chataîgnes, celeri, oignon, oeuf poché, ciboulette »… le tout flottant tristement dans une même assiette !)

Petits feuilletés à la feta

J’ai passé 10 jours à crapahuter en Grèce cet été et a parmis mes expériences culinaires (pas toujours heureuses face à des menus pas toujours en anglais), je retiens ces petits feuilletés à la feta, ou « Tyropitakia » pour les plus initiés… Très simples à réaliser !  

Ingrédients :
Des feuilles de pâte filo
De la fêta écrasée à la fourchette
Huile de tournesol pour la cuison.

Replier une feuille de filo en 2 dans la longueur, puis encore en 2 pour obtenir une « bande » de pâte.
A l’extrémité, déposer une bonne cuillière à café de feta, puis former des petits chaussons en triangle. Répéter l’opération jusqu’à épuisement de filo et de feta.

Faire dorer les feuilletés dans une poëlle avec l’huile de tournesol bien chaude, puis les égouter sur du papier absorbant.

A manger avec une bonne salade… grèque !

1 2 3 4 5