Pancakes tout noisette {vegan}

Non pas que je sois une monomaniaque de la cuisine vegan, mais j’ai pris le pli de limiter ma consommation de protéines végétales dans une optique écoresponsable. Et comme cette recette est absolument délicieuse, même sans œuf ni beurre : aucune raison de s’en priver. De plus, elle est très rapide à réaliser, car on s’affranchi des blancs à monter en neige. J’utilise ici à la place un peu de bicarbonate alimentaire Cérébos, qui a le même pouvoir levant que la levure chimique (le goût âcre en moins)

pancakes vegan à la noisette

Ingrédients
– 250g de farine
– 50g d’huile de noisette (je prends celle de la gamme Lesieur empilables)
– Du lait de noisette (quantité à adapter suivant la consistance de la pâte)
– 1 cuillère à café de bicarbonate alimentaire Cérebos
– 50g de noisettes hachées
– 2 cuillères à soupe de sucre
– 1 pincée de sel

1. Versez la farine, le sucre, le sel et le bicarbonate dans un saladier, et creusez un puit en son centre.
2. Ajoutez le lait d’amande petit à petit en fouettant, pour éviter les grumeaux, puis l’huile de noisette et les noisettes hachées.
3. Faites chauffer une poêle, graissez-la avec un peu d’huile neutre et faites cuire les pancakes.
4. Dégustez immédiatement 🙂

Gâteau au yaourt, pommes et huile de noisette

Quand mon désire d’enfant était à son apogée, je rêvais à me voir préparer ce gâteau au yaourt à mon homme et mon bébé, un froid dimanche d’hiver…
Alors, quand le froid a pointé le bout de son nez la semaine dernière, j’ai sauté sur l’occasion. D’autant plus que j’avais dans mon panier quelques « vieilles pommes » en dépérir, de mon papa.
On est toujours en phase de diversification alimentaire avec mon fils, et je profite de ce gâteau pour l’initier aux fruits à coques, en y ajoutant de l’huile de noisette.

 

gateau au yaourt

Ingrédients :

– 1 pot de yaourt nature
– 1/2 pot d’huile de noisette
– 2 pots de sucre en poudre
– 3 pots de farine
– 2 œufs
– 1/2 paquet de levure chimique
– 3 pommes
– 1 cuillère à café de vanille liquide

1. Mélangez tous les ingrédients sauf les pommes.
2. Pelez et coupez les pommes en cubes, et ajoutez-les à ma pâte à gâteau précédemment réalisée.
3. Beurrez et farinez un moule à gâteau. Versez-y la pâte.
4. Enfournez pour 45 minutes dans un four préchauffé à 170°C.

Le feuilletage inversé en pas à pas

Beaucoup on peur de se lancer dans le feuilletage maison, encore plus dans le feuilletage inversé… Pourtant c’est une recette et une réalisation assez simple, qui offre un résultat bluffant : friable, fondant et croustillant. Idéale pour les millefeuilles, mais surtout pour une bonne galette des rois qui se respecte. Ca tombe bien : demain, c’est l’épiphanie ! Ca vous laisse juste assez de temps pour commencer votre pâte 🙂

J’ai suivi la recette de Mercotte, sans toutefois ajouter le vinaigre qu’elle préconise. Et comme je suis sportive : pas de « beurre sec » mais du simple beurre « Charente Poitou », et que de la farine T55.

Le foie gras parfait : cuit sous vide et à basse température.

J’avoue que la machine à vide Foodsaver me faisait de l’œil depuis un petit bout de temps…
Non seulement la mise sous vide permet de prolonger 5 fois plus longtemps la conservation des aliments, mais en plus elle apporte un tas de nouvelles possibilités en cuisine : mariner et cuire sous vide notamment.
Alors lorsque j’ai pu en obtenir une au cours d’une démonstration chez Christelle, j’ai sauté sur l’occasion et suis passée en mode expérimentation.

Le plat dont je suis le plus satisfaite, c’est ce foie gras :

foie gras cuit sous vide

Une marche à suivre très simple :
1. Utilisez un foie gras déjà déveine
2. Sortez-le du réfrigérateur au moins 2h avant de l’utiliser.
3. Placez le foie + son assaisonnement dans un sac spécial « sous vide »
(ici : sel à la truffe, carpaccio de truffe, Armagnac, une pointe de sucre et de vinaigre. J’ai pris les mêmes dosages que sur ma recette précédente de foie gras)
4. Mettez sous vide ! En autre terme : on appuie sur le bouton du FoodSaver et 30 secondes après, tout est hermétiquement protégé. Aussi simple que ça.

Simple, rapide, hygiénique : ce que j’attends personnellement d’un foie gras maison.

Pour la cuisson : 2 solutions
– Soit : 45mn au four (85°C) immergé dans un bain marie. (avec Thermomètre dans l’eau pour contrôler la chaleur plus ou moins constante de 60°C)
– Soit : 45 mn dans le panier vapeur (intra-cuve) du Thermomix, 60°C, Vitesse 2.

Les must de cette technique :
– Pas de sur-manipulation du produit
– Pas de mains dans la graisse
– Pas de contact avec l’air qui ferait s’oxyder le foie gras
– Le foie gras cuit tout doucement, et rend donc peu de graisse.
– Les saveurs restent bien enfermées dans le sac et le goût est au top.

Vous êtes sceptiques ? Alors testez vous-même !
A ce titre, j’ai un FoodSaver à vous faire gagner :
Participez jusqu’au 17 décembre en laissant un commentaire sous ce post. Je tirerai au sort l’heureux gagnant et l’annoncerai sur le blog le 18 décembre.
(Concours ouvert à la France métropolitaine uniquement

MISE A JOUR :
Vous avez été nombreux à participer à ce concours et je vous en remercie 🙂
Felicitations à Michelle (commentaire 35) qui remporte le Foodsaver mis en jeu ! La suite par email avec l’intéressée !

FSrandom

Pain de mie à l’asiatique

Chaque année, j’ai toujours un peu plus de mal avec ceux qui me réclament du pain de mie toasté pour aller avec le foie gras que je sers…
Personnellement, je trouve qu’un bon morceau de baguette tradition fraiche = accord parfait.

Cependant, pour satisfaire exigences de tous et éviter d’acheter bizarreries industrielles classiques, je me suis lancé dans le pain de mie Home-Made.

Une recette simplissime : la méthode « asiatique » prévoit l’ajout de « Tangzhong » : une préparation à base de 20g de farine et de 100g d’eau, chauffés à 65 degrés et mis au repos au moins 6h avant utilisation.

Ce process apporte un moelleux incomparable et améliore la conservation de ce pain.

Voici un petit pas à pas en images.

 

Terrine de foie gras au piment d’Espelette

J’ai testé une nouvelle méthode de foie gras. Avant, je le faisais en petit rouleau, cuit à l’eau dans du film alimentaire.
Problème : cette méthode devient vite une corvée lorsqu’on prévoit de grosses quantité.
Je trouve cette nouvelle méthode très simple et pratique, car elle permet de faire son foie gras dans n’importe quel contenant (j’ai testé dans un moule à cake et dans une « gouttière à bûche » de Noël) et de garder un œil en temps réel sur l’état de cuisson du foie. Technique vue chez Eric Leautey.

terrine de foie gras

Prévoir 36h minimum de repos.

Ingrédients :
1 foie gras déveiné (je le prends surgelé, placé 12h au réfrigérateur avant utilisation)
2 cuillères à soupe d’armagnac
1 cuillère à café de sel
1 cuillère à café de sucre
1 cuillère à café de vinaigre de Xérès
1 cuillère à café de piment d’Espelette

1. Sortez le foie gras du réfrigérateur 1h avant de commencer.

2. Déposez le foie gras dans un plat allant au four. Ouvrez-le suivant les entailles qui y ont été faites pour le déveiner. Le foie se retrouve comme un « livre ouvert » au fond du plat.

3. Mélangez ensemble l’armagnac, le vinaigre, le sel, le sucre et le piment d’Espelette. Répartissez ce mélange sur le foie. Recouvrez le plat de film alimentaire résistant à la chaleur et laissez ainsi mariner une heure à température ambiante.

4. Placez le tout dans un four préchauffé à 95°C pendant 25 minutes.

5. A la sortie du four, sortez délicatement le foie gras et placez-le dans une terrine en essayant de reconstituer le foie gras dans sa forme d’origine. Versez sur le dessus la graisse restée dans le plat (ou pas) puis laissez reposer au moins 36 heures au réfrigérateur.

Sortez du réfrigérateur 30 minutes avant de servir… Avec une bonne salade !

Riz semi complet façon Kerala

Ma recette chouchou du moment, un peu pompée sur le mélange de « riz Kerala » de Beena Paradin que je trouve habituellement dans mon épicerie bio préférée. La semaine dernière, à la veille d’une compétition sportive, j’ai eu besoin et envie de me mettre au riz semi complet (plus de nutriments et indice glycémique plus bas -> plus rassasiant sur le long terme), alors j’ai refait cette recette avec du riz de Camargue semi complet.

 

 

Pour 4 personnes :
250g de riz semi complet bio (riz de Camargue pour ma part)
3 cuillères à soupe de noix de coco
2 cuillères à soupe de graines de moutarde
2 cuillères à soupe d’huile neutre
½ cuillère à café de garam masala
1 petit piment fort (plus ou moins suivant les goûts)
Une feuille de laurier
Sel
1. Faites chauffer l’huile dans une casserole à fond épais. Ajoutez les graines les moutarde et faites les chauffer jusqu’à ce qu’elles éclatent (comme du pop corn).

2. Ajoutez la noix de coco, le riz et les épices et faites revenir l’ensemble jusqu’à ce que le riz soit nacré.

3. Recouvrez d’eau bouillante (versez l’eau jusque 2cm au dessus du niveau du riz) et salez. Couvrez et laissez cuire pendant une vingtaine de minute jusqu’à ce que le riz soit cuit.

 

 

 

Velouté de potimarron au Maroilles

Après quelques allés-retours aux potagers de mon père, j’ai hérité de 3 beaux potimarrons qui certes, régalent petit et grands, mais qui à force lassent un peu (il faut dire qu’avec une seule pièce, on fait déjà de sacrées chaudrées…)

Pour changer un peu des sempiternelles pointes de crème ou de Vache Qui Rit, j’y ai cette fois-ci glissé du Maroilles. Un accord moins classique mais qui a rencontré un franc succès :
– l’Homme, déjà : Lui qui jadis, faisait mine de s’évanouir à la vue d’un camembert un peu fait, s’est permis de me faire corriger ce velouté initialement jugé « pas assez maroillé » à son goût.
– Le Fils, aussi : j’ai la chance d’avoir un petit bébé au palais bien aiguisé, qui se laisse volontiers tenter par tout ce qui lui passe sous la main (roquefort, ail et épices inclus) et qui s’est goulument et bruyamment englouti son petit bol…

Pour 4 personnes

1 potimarron
1 oignon
1/4 de maroilles
Sel, poivre
2 cuillères à soupe d’huile neutre

1. Emincez l’oignon et coupez le potimarron en cubes sans l’éplucher.

2. Versez l’huile dans une cocote chauffée à feu moyen et faites-y d’abord revenir les oignons avec un peu de sel, puis ajoutez les cubes de courge et poursuivez l’opération jusqu’à ce que je tout soit légèrement doré.

3. Recouvrez d’eau jusqu’à environ 2cm au dessus de la surface des légumes. et laissez cuire jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

4. Une fois les légumes cuits, ajoutez le maroilles coupé en dès et mixez la soupe. Rectifiez éventuellement l’assaisonnement en sel/poivre.

 

 

Magret de canard et gastrique express à la framboise

Une recette simple, rapide et efficace pour épater ses convives en changeant des traditionnels canards à l’orange ou aux pèches… je vous présente donc ma version du canard aux framboises, avec une sauce gastrique express, à base du « vinaigre et pulpe » à la framboise proposé par Clovis.

Pour 4 personnes :
4 magrets de canard
15 cL de « Vinaigre et Pulple à la framboise »
Sel, poivre
Quelques framboises fraiches pour la décoration. (ça tombe bien, c’est la saison.)

1. Préparez les magrets de canard en ôtant le surplus de graisse et les nerfs éventuels se trouvant encore sur la viande.
Quadrillez la graisse avec un couteau bien aiguisé.

2. Faites chauffer une poêle à feu très doux (Sur l’induction, je mets à 3 sur 9)
Déposez-y les magrets côté peau, et laissez-les ainsi rendre leur graisse (en la vidant régulièrement). La viande ne doit pas cuire.
Lorsque la peau des magrets est fine (5-8mm d’épaisseur), c’est qu’elle a rendu la majorité de sa graisse.
L’opération prend un certain temps, mais vous garanti d’avoir le minimum de graisse restante, et d’avoir une peau bien croustillante.

3.  Augmentez alors le feu pour colorer la peau du magret (7 sur 9 en induction).
Puis, retournez les magrets pour en saisir la chair.
Terminez la cuisson dans un four préchauffé à 160 degrés, entre 5 à 10 minutes suivant la cuisson désirée.

4. Sortez les magrets du four, déposez-les sur une grille et recouvrez les d’un papier aluminium.

5. Préparez la sauce :
Remettez votre poêle sur le feu, et déglacez les sucs de cuisson avec le Vinaigre et Pulpe à la framboise. Laissez réduire ce jus jusqu’à ce qu’il atteigne une consistance sirupeuse. Salez et poivrez.

Proposez les magrets avec cette sauce express, c’est à s’en lécher les doigts…

A déguster avec une bonne salade, évidemment !

Boulettes de porc asiatisantes et sauce à la mangue fraiche.

Il y a 2 semaines, j’ai été conviée à un nouvel atelier culinaire autour de la charcuterie organisé en collaboration avec la FICT (Fédération Française des Industriels Charcutiers Traiteurs) et l’atelier 750 grammes.

Cette année, nous avions en charge de cuisiner des saucisses, des rillettes (oie, porc, poulet…) des saucisses blanches à griller et autres pâtés, le tout réparti entre les 4 équipes via un panier mystère, contenant un ingrédient insolite.

C’est ainsi que notre dream team, rondement menée par Thierry et dynamisée par Loïs, Dorian et Annabelle, s’est retrouvée à allier chipolata, citronnelle, mangue et piment. Tout une histoire..!

Pour 4 personnes :
4 chipolatas
1/2 oignon
2 piment frais
1 cuillère à café de 5 épices
1 bâton de citronnelle
1 petite botte de coriandre
1 mangue
2 cuillères à soupe de vinaigre
Sel, poivre.

1. Enlevez la peau des chipolatas.
2. Emincez l’oignon, l’un des piments, la coriandre et la citronnelle.
3. Mélangez la chaire à saucisse avec l’oignon, le piment, la citronnelle et le 5 Epice. Salez et poivrez.
4. Formez des boulettes de la taille d’une grosse noix.
5. Préparez la sauce à la mangue :
Epluchez la mangue et mixez la avec le piment restant et le vinaigre. Salez et poivrez.
6. Faites revenir les boulettes à la poêle dans un filet d’huile d’olive, jusqu’à ce qu’elles soient cuites à coeur.
Dégustez avec la sauce à la mangue, et avec une bonne salade 🙂

1 2 3