Crêpes fourrées un peu comme une ficelle picarde.

Parce qu’on n’a pas toujours le temps ni l’envie de se lancer dans une duxelle de champignons, voici ma recette de crêpes fourrées, largement inspirée de la fameuse ficelle picarde.
Le principe : une crêpe, des champignons et du jambon. J’ajoute une béchamel (que dis-je ?? une Mornay !) non-réglementaire, qui donne de l’onctuosité et empêche le tout de dessécher au four ; j’essaye d’éviter de retartiner une couche de crème et de fromage à la place sur le dessus (Ca a beau être la chandeleur, ce n’est pas encore tout à fait Mardi Gras non plus.)
Variante : ma mère les faisait avec du thon en conserve à la place du jambon !

Pour 4 personnes :

Pâte à crêpes :
50 cL de lait
250g de farine
3 oeufs
1 cuiller à café de sel
50g de beurre fondu.

Béchamel :
50g de farine
50g de beurre
50 cL de lait
Sel, poivre et muscade

4 tranches de jambon
250g de champignons de Paris frais
100g d’emmental râpé

1. Préparez la pâte à crêpe :
Dans un saladier, faites un puis avec la farine et ajoutez petit à petit le lait en fouettant pour éviter les grumeaux. Incorporez les oeufs un à un. Terminez par le beurre fondu et le sel. Dans l’idéal, laissez reposer toute une nuit. Sinon, tant pis.

2. Préparez la béchamel :
Faites fondre le bol dans une casserole. Ajoutez la farine et faites cuire l’ensemble quelques minutes jusqu’à ce que le mélange blanchisse légèrement.
Ajoutez progressivement le lait en fouettant bien pour éviter les grumeaux. Quand le lait est incorporé et la sauce bien épaisse, assaisonnez suivant vos goûts avec sel, poivre et muscade.

3. Emincez les champignons et faites-les cuire dans une poêle avec un peu de beurre et de sel.

4. Ajoutez-les à la béchamel, ainsi que le jambon haché et le fromage râpé. Laissez refroidir la sauce.

5. Déposez sur chaque crêpe deux grosses cuiller à soupe de sauce, et roulez-la sur elle même comme un gros cigare.

6. Déposez les crêpes ainsi farcies dans un plat à four beurré, recouvrez éventuellement de fromage râpé et passez au four 20 minutes à 180°C.

Dégustez bien chaud, avec une bonne salade !

L’authentique boeuf bourguignon.

Retour à l’essentiel quand rien ne va plus et qu’on perd ses repères… histoire de repartir sur de bonnes bases (enfin je l’espère !)

Preparation : 20 mn
Repos : 1 nuit
Cuisson : 3h30 (minimum, je pousse la cuisson du mien jusque 5-6h)

Pour 6 personnes :
1,2kg de «viande à bourguignon», j’ai personnellement utilisé de la basse côté.
4 carottes
2 oignons
100g de lardons fumés
200g de champignons de Paris
2 feuilles de laurier
1 branche de thym
1 clou de girofle
1 cuillère à café de poivre en grain
1 cube de bouillon de boeuf
1 bouteille de bon vin (évitez la piquette en bouteille plastique, préférez un vin assez bon pour être bu au verre)
De l’huile et  du beurre, ou un trait de Duo Huile et Beurre Lesieur
Sel selon les goûts.

1. La veille, préparez la viande. Dans un saladier, mélangez le vin, les oignons émincés et les carottes en sifflet (en larges rondelles biseautées).
Ajoutez thym, laurier, poivre le clou de girofle. Faites-y mariner la viande toute une nuit. Le lendemain, la marinade aura pris une consistance plus épaisse et opaque : c’est normal.

2. Dans une cocotte en fonte, faites chauffer de l’huile végétale avec une noix de beurre. (Personnellement, j’ai utilisé le Duo Huile et Beurre Lesieur, bien pratique et bien plus sain, car le beurre clarifié qu’il contient ne risque pas de brûler !).
Egoutez la viande et séchez-la soigneusement. Conservez la marinade pour le reste de la recette.

3. Faites dorer oignons, carottes et lardons dans la cocotte puis réservez. Faites ensuite dorer la viande et la saupoudrez-la de farine (on appelle cela «singer»), mélangez bien : cela permettra à la sauce d’épaissir au fil de la cuisson.
Ajoutez le mélange d’oignon, carottes et lardons , et poursuivez la cuisson quelques minutes.

4. Dissolvez le cube de bouillon dans un verre d’eau chaude et versez dans la cocotte ainsi que le reste de marinade. Laissez mijoter à petit bouillon pendant 3 heures au moins. (précision : environ 1h30 à la cocotte minute, au moins 4 heures en cocotte en fonte traditionnelle. La viande doit être fondante et s’effilocher)

5. En fin de cuisson, émincez les champignons et ajoutez-les et laissez cuire encore 30 minutes à découvert, et servez bien chaud.

Quesadillas au poulet « comme là bas » et des accessoires Elle à Table à gagner

 Avant toutes choses, félicitations à Marie-France qui remporte le précédent concours Maggi !

 

Sinon, nous, on revient du Mexique ! C’était bien… mais c’est fini !
Pour nous mettre un peu de baume au cœur, je fais des quesadillas, comme on en mangeait sur la plage avec nos verres de tequila.
Voici l’alternative « poulet », la préférée de mon Homme. A défaut de poulet, vous pourrez utiliser de l’iguane. Ca a le même goût, d’après les locaux. Moi j’peux pas trop vous dire, j’ai préféré ne pas trop manger de poulet là bas…

 

Ingrédients pour environ 4 personnes :
4 tortillas de maïs
100g de fromage râpé
2 blancs de poulet
½ tasse de sauce tomate – j’ai utilisé de la sauce type « arabiata », déjà assaisonnée et pimentée.
2 cuillères d’huile d’olive
sel, poivre

Couper le poulet en morceaux et le faire revenir à feux doux avec sel et poivre. Ajoutez la sauce tomate, laissez mijoter 5 minutes. Effilocher finement le poulet – ou mixez-le brièvement.
Garnissez les tortillas sur l’une des moitiés avec poulet et fromage. Pliez-les en deux comme un sandwich.
Faites les griller à la poêle sans ajouter d’huile, sur un feu pas trop chaud, jusqu’à ce que le fromage soit bien fondu.
Coupez-les en deux pour former des triangles.

Servir chaud, à l’apéritif avec du guacamole maison, ou en entrée avec une bonne salade !

Donc ça c’était notre petit rayon de soleil à nous… mais pour vous en apporter aussi un peu à vous, je vous offre 3 kits de petits accessoires pour la table !
Chaque kit contient des pics à cocktails diamant comme-ceux-sur-la-photo-de-mes-quesadillas, un bouchon universel « Vin et Champagne » pour les restes de réveillon, un distributeur de cure-dents (pour les escargots) et des lingettes rince doigts pour après les huîtres. Parés pour les fêtes !

Je tirerai au sort les 3 gagnants à ce petit concours, parmi ceux qui me laisseront un petit mot en commentaire (sans oublier votre adresse mail !)
Vous avez jusqu’au 16 décembre pour participer !

 

Tajine d’agneau presto !

C’est la course en ce moment ! Changer de vie chamboule les équilibres… J’ai ramassé la fardeaux des transports en commun, où je passe dorénavant presque deux heures par jour. Au début, c’était la déprime. J’avais l’impression de perdre mon temps, de «ne plus avoir une minute pour moi», notamment pour cuisiner.
Au lieu de sombrer dans la déprime (qui m’a quand même touché les premiers mois), je m’organise. Je travaille plus sur les fonds de frigo et le recyclage des restes / J’invente des nouvelles recettes qui se préparent à l’avance ou simplement «plus rapides».

 

 

Du coup, voici une recette de « tajine » express d’agneau ! J’ai utilisé ici de l’émincée de noix de gigot AgneauPresto, pour une recette au top en moins de 15 minutes chrono !

 

Pour 4 personnes :
500 grammes d’émincée de noix de gigot Agneau Presto
2 oignons blancs des Cévennes
2 poivrons rouges
6 figues séchées
1 petit citron confit
2 poignées d’olives
2 cuillères à café de raz el hanout
Sel, poivre, huile d’olive

 

 

 

1. Faites mariner l’agneau avec le raz el hanout et une cuillère d’huile d’olive. Réservez.

2. Coupez les figues en petits cubes. Les mettre dans un bol et les recouvrir d’eau bouillante.

3. Emincez l’oignon, les poivrons et le citron confit. Faites les revenir dans un wok (ou une poêle) à feu vif avec un peu d’huile d’olive, en commençant par l’oignon, puis le citron, le poivron et enfin les olives. Salez et poivrez.

4. Quand les oignons sont tendres, ajoutez l’agneau et faites le bien dorez. Ajoutez ensuite les figues avec leur eau. Laissez cuire quelques instants, et dégustez !

J’ai servi ce tajine express avec du boulgour et… une bonne salade verte !

Kefta d’agneau presto [jeu concours inside]

Il y a quelques temps, j’ai participé à une « battle » culinaire organisé par l’atelier750g et Agneau Presto. Chaque équipe a dû préparer en un temps record 2 recettes différentes à base d’agneau, avant de passer devant un jury impitoyable qui désignera le vainqueur.
J’étais avec Nadia, Salma et Tiphaine, team de choc et de bonne humeur, pou réaliser une recette à base d’agneau haché et l’autre à base d’émincée d’agneau, à retrouver ici
En attendant, voici la recette à base d’agneau haché que nous avons réalisée :

Kefta d’agneau presto

Pour 5 personnes :
500g d’agneau hachée
2 cs de cumin
1 cs de piment doux
1/2 cc de cannelle
1 pincée de noix de muscade rapée
10 feuilles de menthe
1 poignée de persil
1 poignée de coriandre
1 oignon
2 cs d’huile d’olive
1 cc de sel
1 cc de poivre

Epluchez l’oignon et hachez-le finement. Mettez la viande hachée dans un bol et ajoutez-y les épices.
Hachez la menthe, le persil et la coriandre et ajoutez-les à la viande. Malaxez puis formez des petits boudins. Placez-les sur une plaque chemisée et enfournez à 180 pendant 15 minutes.
Si vous êtes joueur, allez donc jeter un œil sur le site d’ Agneau Presto ; vous pourrez alors participer au défit en devinant laquelle des quatre équipes à remporté le défit, et tenter de gagner un week end pour deux dans un Relais & Châteaux avec dîner gastronomique et bien d’autres lots…
Pour cela, il vous  suffit de deviner qui est l’équipe gagnante, en votant sur le site. Vous pouvez retenter votre chance chaque jour pendant 4 semaines. Chaque semaine, il y aura une nouvelle vidéo à regarder.

AGNEAU-PRESTO--157-

Bouchées (surprises !) au poulet… mais pas que !

Ahh le poulet.
– La bête noire d’une finale « top chef Web Série »  où on vous annonce que vous avez 2mn pour choisir les ingrédients/concevoir une recette d’enfer à base de poulet et où tout vire au cauchemar ;
– le tabou d’une végétarienne qui regarde les émissions chocs de Jamie Oliver ;
– le triste régime de base d’un sportif averti et de sa compagne en détresse ;
Bref, THE INGREDIENT qui mérite sa revanche.

Nous voici donc dans le cadre du second Challenge Comté, que nous voulons définitivement relever à deux Cécile et moi…
Le thème : une recette estivale autour du comté :
Eté = soleil = apéro
Apéro = salé = finger food
Comté fondu = pécher mignon.

A force d’un brainstorming pas si évident pour l’une, traumatisée par le poulet et ses derniers ratés culinaires et l’autre, végétarienne au régime, on en arrive à ça :

Pour 4 personnes :

4 blancs de poulet
250g de jambon de parme
150g de comté
Une cuillère à soupe de miel
Une cuillère à café de poivre vert concassé
Une tasse de chapelure
Un œuf
De l’huile de friture pour la cuisson
(NB : la friture, pour peu qu’elle soit correctement utilisée, n’est pas « si » grasse/malsaine que ça. Il suffit de bien éponger les petites boules sur un papier absorbant une fois cuites, et d’utiliser une huile à bonne température. De plus, nous sommes certaines que cette recette est malgré tout plus saine qu’une traditionnelle poignée de cacahuètes !)

1. Mixer ensemble le poulet et je jambon. Assaisonnez avec le miel et le poivre vert.
2. Coupez le comté en cubes d’environ 1.5cm de côté.
3. Dans le creux de votre main,  formez une boulette avec l’équivalent d’une petite cuillère à soupe de viande et glissez un cube de comté au centre de cette boulette. Renouvelez l’opération jusqu’à épuisement de la viande.
4. Battez l’œuf en omelette, plongez-y les boulettes avant de les rouler une à une dans la chapelure.
5. Une fois que les boulettes sont toutes enrobées de chapelure, faite-les frire dans de l’huile végétale à 180°, jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées.

A déguster à l’apéritif avec les doigts ! (ou en plat unique, avec une bonne salade !)

Enfin, pour citer notre cher Beau Frère : Le comté, on l’aime sans compter !

Macarons au foie gras et à la confiture d’oignon rouge

Pour un apéro chic entre amateurs de macarons… ou comment ravir le palais de Belle Maman ! Une recette idéale pour les fêtes de Noël…

Je m’y prends deux jours avant pour réaliser mon foie gras d’après le tour de main enseigné par Chef Damien l’hivers dernier : on dénerve le foie, on l’enrubanne en petit boudin (diamètre de la coque des macarons) dans du papier film après l’avoir généreusement assaisonné (sel, poivre et cognac pour moi) et on fait cuire dans une eau à 65°.
L’expert nous avait dit à l’époque « pour le temps de cuisson, à vous de juger… quand vous estimez que le foie a suffisamment fondu, vous l’arrêtez ». C’est comme ça que je le fais et je dois avouer que ça me va bien. En moyenne, ça prend un bon quart d’heure à cuire, comme le boudin est assez fin.
Une fois cuit, on laisse « rassir » ce fois gras deux jours au réfrigérateur, pour que les arômes se développent bien.

Je jour J, je réalise le confit d’oignon rouge. Je commence par cette étape parce qu’il a besoin de cuire une bonne heure et demie, pendant laquelle je pourrai réaliser les coques de macarons d’après la recette de base que vous trouverez ici.

Ingrédients :
4 oignons rouges
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
4 cuillères à soupe de vinaigre de framboise
4 cuillères à soupe de cassonade
Sel et poivre

Emincer les oignons et les faire suer une dizaine de minute dans l’huile d’olive avec le sel, jusqu’à ce que les oignons soient translucides et légèrement ramollis. Déglacez avec le vinaigre de framboise, ajoutez la cassonade et poivrez. Laissez cuire à feu très doux pendant une bonne heure et demie.

Pour le montage, j’étale une fine couche de ce confit d’oignon refroidi sur une demie coque de macarons, que je recouvre d’une tranche de foie gras réalisé la veille. Je saupoudre le tout d’une pointe de fleur de sel et de piment d’Espelette…
Personnellement, je préfère ne pas recouvrir d’une deuxième coque, comme le serait un macaron « normal », parce que cela masque un peu trop le goût du foie gras . Je les sers donc comme de petits toast.

A déguster en apéro avec les doigts, ou en entrée… avec une bonne salade !

1 2 3