Magret de canard, purée d’artichaut et pleurotes.

Le 30 mars dernier, j’ai été invitée à découvrir le petit dernier de chez Montfort : le tendre magret.
Je ne vous le cache pas, depuis la finale du concours Champagnes de Vignerons où je me suis pris une veste à cause d’un magret trop cuit, cette viande de choix a toujours un peu amer dans ma bouche.
Alors quand on m’a parlé de ce magret là, qui propose une « cuisson inratable », une viande qui reste fondante, même quand elle est bien cuite, j’ai eu envie de tester.
Comment font-ils pour qu’elle soit si tendre ? Tout simplement : ils sont attendris par un process de barattage mécanique (comme quand le bouché donne des coups sur une escalope, sauf que là c’est mécanique 😀 )

magret de canard

Pour 2 personnes :
2 Tendre Magrets
500g de fond d’artichaut (je les prends surgelés)
10cL de crème liquide
500g de pleurotes
100g de noisettes
Sel, poivre, huile d’olive

1. Faites cuire les fonds d’artichaut à la vapeur. Personnellement j’ai utilisé ma bonne vieille cocotte minute.

2. Pendant ce temps, commencez à faire cuire les magrets :
– Les Tendres Magrets étant déjà préparés, pas besoin d’enlever les nerfs et le gras… Il faudra le faire si vous utilisez des magrets « classiques »
– Quadrillez légèrement la peau et salez la viande.
– Placez les côté peau dans une poêle, départ à froid, sur feu moyen-doux. Laissez les magrets rendre leur graisse, 10mn côté peau. Otez la graisse régulièrement.
– Au bout de 10mn, retournez les magrets et laissez les cuire 5mn côté chaire.
– Lorsqu’ils sont cuits, enveloppez les individuellement dans du papier aluminium et laissez-les reposer jusque la fin de la recette.

3. Faites griller les noisettes à sec dans une poêle à feu moyen.

4. Emincez les pleurotes et faites les cuire dans une poêle à feu vif, avec de l’huile d’olive et une pincée de sel. Lorsqu’elles sont cuites, poivrez.

5. Mixez les artichauts cuits avec la crème. Salez et poivrez.
Dressez chaque assiette avec un demi magret, de la purée d’artichaut, des noisettes grillées et concassées et quelques pleurottes.

{Concours} Pudding de chia au sirop d’érable

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance d’être invitée par Cricri pour un brunch autour du sirop d’érable et des produits de La Petite Cabane A Sucre, avec un buffet très gourmand comme elle seule en a le secret… Entre les quelques pancakes, jambons, cheesecakes et bagels, elle ous proposait aussi de nous préparer un porridge tel qu’on le mange au Canada, avec du lait de coco, du quinoa cuit, des fruits frais et secs, et bien sûr du sirop d’érable.
De retour à la maison, je me suis inspirée de ce délicieux porridge dans mon pudding de chia quasi quotidien
Voici la recette.

Si elle vous inspire, n’oubliez pas de participer à mon concours sur Instagram pour gagner 1 Mason Jar et une boite de sirop d’érable.

Et pour les Franciliens, vous pourrez retrouver la boutique éphémère de la Petite Cabane à Sucre sur marché de Noël de La Défense.  

pudding de chia

Ingrédients, pour 2 pots :
15 cL de lait de coco
10 cL de sirop d’érable
2 yaourts à la grecque
1 banane
125g de myrtilles fraiches
Des noix, noisettes, noix de pecans…

1. Mélangez ensemble le lait de coco avec le sirop d’érable.
2. Versez équitablement les graines de chia directement dans le fond des verres.
3. Versez le liquide sur les graines de chia, et mélanger afin que les graines se répartissent bien.
4. Placez au réfrigérateur toute une nuit afin que le mélange épaississe (il se formera alors un mucilage sur les graines)
5.Le lendemain matin, sortir du réfrigérateur et versez le yaourt sur le pudding. Ajoutez les fruits, et eventuellement encore une belle lampée de sirop d’érable pour les plus gourmands

Pudding de chia au lait de coco et à la cerise

Enceinte de 5 mois, je suis régulièrement soumise au coup de fringale de 11h. Du coup je me suis mise aux graines de chia : petites bombes en fibres et en protéines (en plus des oméga 3, bons pour mon bébé !) elles me permettent de tenir plus facilement jusqu’au déjeuner sans avoir à grignoter. Voici ma recette chouchou :
pudding de chia

 

Ingrédients, pour 2 verres :
15 cL de lait de coco
10 cL de jus de cerise
2 cuillères à soupe bombées de graines de chia
1 cuillère à soupe de miel
1 poignée de cerises fraîches

 

1. Mélangez ensemble le lait végétal avec le jus de cerise et le miel.
2. Versez équitablement les graines de chia directement dans le fond des verres.
3. Versez le liquide sur les graines de chia, et mélanger afin que les graines se répartissent bien.
4. Placez au réfrigérateur toute une nuit afin que le mélange épaississe (il se formera alors un mucilage sur les graines)

Le lendemain matin, sortir du réfrigérateur et disposer sur le dessus quelques cerises (ou les fruits frais de votre choix)

Tajine de Morteau aux fruits secs et au coing : la saucisse en battle chez 750 Grammes

La semaine dernière et pour la 4ème fois dans ma vie de blogueuse, j’ai été conviée à une battle culinaire organisée par la FICT (Fédération Française des Industriels Charcutiers Traiteurs) et l’atelier 750 grammes.

Pour cette édition, j’ai fait équipe avec Cricri (la chef), Stef et Framboize.

Cette fois ci, les projecteurs étaient tournés sur les saucisses : Morteau, Montbéliard et boudin blanc.

Vous l’aurez deviné, ça aurait été un peu trop simple de préparer une saucisse-lentille… Alors Chef Damien nous a lancé le défit de cuisiner :
– Une entrée festive
– Un plat sucré-salé
– Un classique revisité.

Face à un panier d’ingrédients bien garni, je me suis lancée dans le défit du classique revisité, et voici à quoi j’ai pensé :

Ingrédients pour 4 personnes :
• 2 saucisses de Morteau
• 2 coings
• 20 cl de vin blanc sec
• 10 abricots secs
• 10 pruneaux
• 2 cc de cannelle en poudre
• 2 cc de cumin en poudre
• piment d’espelette
• 2 CS de beurre doux

Déposer les saucisses de Morteau dans une cocotte remplie d’eau froide.
Les cuire environ 15 minutes puis les couper en rondelle d’environ 1 cm d’épaisseur.
Peler et couper les coings en dés.
Les faire revenir dans le beurre avec le cumin, la cannelle et le piment d’espelette.
Ajouter les rondelles de saucisse de Morteau, les pruneaux et les abricots.
Ne pas saler car les saucisses le sont déjà.
Déglacer avec le vin blanc.
Couvrir et finir la cuisson au four à 190° pendant 45 minutes.

Encore une très bonne soirée, placée sous le signe de la bonne humeur, de la détente et du partage. Merci à tous d’y avoir contribué 🙂

Pavés de saumon en croute de mayonnaise, aneth et parmesan.

Il y a peu de temps que je suis réconciliée avec le saumon. Après en avoir lu des vertes et des pas mûres sur ce produit jadis « noble » et « de fête », il m’aura fallu un allé retour dans les fjords norvégiens pour constater que non, le saumon n’est plus toujours la nouvelle « vache folle de la mer » dont on parle un peu partout. (Depuis quelques temps, il y a eu un gros travail de revalorisation de ce produit, en apportant un soin particulier à l’environnement d’élevage, à la « dépollution » des fjords et à des méthodes d’élevages plus raisonnables et tirant sur le bio.)

Lorsque l’on m’a proposé de tester la mayonnaise Lesieur « à ma façon », j’ai eu un flash : je repense à mon enfance et aux Noëls à la maison, où la « première entrée » (avant autres huitres, foie gras et escargots) était traditionnellement un saumon entier, sur un lit de macédoine en boite et largement agrémenté de mayonnaise (home-made par papa, l’expert es mayo du Grand Soissonnais). Gastronomie version années 80…

Cette mayonnaise «à ma façon» se rapproche énormément de celle de mon pâpa, avec ses oeufs de poule élevées en plein air (ça change. Longue vie aux poules libres !) et son assaisonnement au top ; cela m’a fait l’effet « madeleine de Proust ». J’ai donc voulu revisiter le « saumon mayonnaise » de mon enfance en version chaude… et voici ce que ça donne : une recette ultra simple et rapide pour un saumon extrêmement moelleux et savoureux.

Pour 4 personnes :
– 4 pavés de saumon biologique de Norvège
– 4 cuillères à soupe de mayonnaise Lesieur« à ma façon »
– 1 petite botte d’aneth fraiche
– 50g de parmesan

1. Hâchez l’aneth et râpez finement le parmesan.
2. Mélangez la mayonnaise avec le parmesan et l’aneth.
3. Déposez les pavés de saumon dans un plat allant au four, et recouvrez-les du mélange précédant.
4. Faites cuire les pavés de saumon 10 minutes dans un four préchauffé à 210°C.

A déguster avec une bonne salade !

Pour le petit bonus, voici à quoi ressemble une « ferme de saumon » dans les Fjords norvégiens…

L’authentique boeuf bourguignon.

Retour à l’essentiel quand rien ne va plus et qu’on perd ses repères… histoire de repartir sur de bonnes bases (enfin je l’espère !)

Preparation : 20 mn
Repos : 1 nuit
Cuisson : 3h30 (minimum, je pousse la cuisson du mien jusque 5-6h)

Pour 6 personnes :
1,2kg de «viande à bourguignon», j’ai personnellement utilisé de la basse côté.
4 carottes
2 oignons
100g de lardons fumés
200g de champignons de Paris
2 feuilles de laurier
1 branche de thym
1 clou de girofle
1 cuillère à café de poivre en grain
1 cube de bouillon de boeuf
1 bouteille de bon vin (évitez la piquette en bouteille plastique, préférez un vin assez bon pour être bu au verre)
De l’huile et  du beurre, ou un trait de Duo Huile et Beurre Lesieur
Sel selon les goûts.

1. La veille, préparez la viande. Dans un saladier, mélangez le vin, les oignons émincés et les carottes en sifflet (en larges rondelles biseautées).
Ajoutez thym, laurier, poivre le clou de girofle. Faites-y mariner la viande toute une nuit. Le lendemain, la marinade aura pris une consistance plus épaisse et opaque : c’est normal.

2. Dans une cocotte en fonte, faites chauffer de l’huile végétale avec une noix de beurre. (Personnellement, j’ai utilisé le Duo Huile et Beurre Lesieur, bien pratique et bien plus sain, car le beurre clarifié qu’il contient ne risque pas de brûler !).
Egoutez la viande et séchez-la soigneusement. Conservez la marinade pour le reste de la recette.

3. Faites dorer oignons, carottes et lardons dans la cocotte puis réservez. Faites ensuite dorer la viande et la saupoudrez-la de farine (on appelle cela «singer»), mélangez bien : cela permettra à la sauce d’épaissir au fil de la cuisson.
Ajoutez le mélange d’oignon, carottes et lardons , et poursuivez la cuisson quelques minutes.

4. Dissolvez le cube de bouillon dans un verre d’eau chaude et versez dans la cocotte ainsi que le reste de marinade. Laissez mijoter à petit bouillon pendant 3 heures au moins. (précision : environ 1h30 à la cocotte minute, au moins 4 heures en cocotte en fonte traditionnelle. La viande doit être fondante et s’effilocher)

5. En fin de cuisson, émincez les champignons et ajoutez-les et laissez cuire encore 30 minutes à découvert, et servez bien chaud.

Tajine d’agneau presto !

C’est la course en ce moment ! Changer de vie chamboule les équilibres… J’ai ramassé la fardeaux des transports en commun, où je passe dorénavant presque deux heures par jour. Au début, c’était la déprime. J’avais l’impression de perdre mon temps, de «ne plus avoir une minute pour moi», notamment pour cuisiner.
Au lieu de sombrer dans la déprime (qui m’a quand même touché les premiers mois), je m’organise. Je travaille plus sur les fonds de frigo et le recyclage des restes / J’invente des nouvelles recettes qui se préparent à l’avance ou simplement «plus rapides».

 

 

Du coup, voici une recette de « tajine » express d’agneau ! J’ai utilisé ici de l’émincée de noix de gigot AgneauPresto, pour une recette au top en moins de 15 minutes chrono !

 

Pour 4 personnes :
500 grammes d’émincée de noix de gigot Agneau Presto
2 oignons blancs des Cévennes
2 poivrons rouges
6 figues séchées
1 petit citron confit
2 poignées d’olives
2 cuillères à café de raz el hanout
Sel, poivre, huile d’olive

 

 

 

1. Faites mariner l’agneau avec le raz el hanout et une cuillère d’huile d’olive. Réservez.

2. Coupez les figues en petits cubes. Les mettre dans un bol et les recouvrir d’eau bouillante.

3. Emincez l’oignon, les poivrons et le citron confit. Faites les revenir dans un wok (ou une poêle) à feu vif avec un peu d’huile d’olive, en commençant par l’oignon, puis le citron, le poivron et enfin les olives. Salez et poivrez.

4. Quand les oignons sont tendres, ajoutez l’agneau et faites le bien dorez. Ajoutez ensuite les figues avec leur eau. Laissez cuire quelques instants, et dégustez !

J’ai servi ce tajine express avec du boulgour et… une bonne salade verte !

Pancakes aux flocons d’avoine, cottage cheese et myrtilles

Les circonstances de la vie font que je fais en ce moment relativement attention à ma ligne, et en parallèle pas mal de sport.
Cette recette est une super alternative pour le petit déjeuné, qui remplace volontiers les viennoiseries ou autres : super gourmande, protéinées, mais pas hyper riche pour autant.
Ici, j’utilise essentiellement des flocons d’avoine (riches en protéine) au détriment de la farine, je mets du Cottage cheese (à l’apport calorique faible) pour texturer le tout, et  des myrtilles pour les vitamines et antioxidants.

Ingrédients (pour une quinzaine de pancakes)
– 1 pot de Cottage Cheese – je garde le pot que j’utilise ensuite comme unité de mesure, façon gâteau au yaourt.
– ¾ de pot de flocons d’avoine instantanés
– ¼ de pot de farine complète
– 3 oeufs
– 2 cuillères à soupe de sucre vanillé
– 1 cuillère à café de cannelle moulue
– ½ sachet de levure chimique
– 1 pincée de sel
– 3 poignées de myrtilles fraiches ou surgelées
un peu de lait écremé

Mettre tous les ingrédients SAUF les myrtilles au blender, et mixer jusqu’à ce que la pâte soit lisse. Ajouter un peu de lait pour ajuster la consistance de la pâte, qui doit avoir la texture d’un yaourt liquide.
Ajouter les myrtilles et mélanger délicatement à la cuillère.

Mettre une poêle à chauffer à feu moyen. Verser des petites doses de pâtes pour former les pancakes, et les retourner dès lors que le dessus fait des bulles (sous l’action de la levure).

Déguster dans l’instant ! (avec un peu de sirop d’érable pour les gourmands)

Marmelade d’orange à la cannelle et au Whiskey, et résultat du concours Cremio

Tout d’abord, Félicitations à Céline du blog http://mirliton.canalblog.com/ qui remporte le concours Cremio !

Voilà qu’arrivent les premières oranges de saison sur nos étales, qui m’ont cette année données de grande envies de marmelade.
J’ai ajouté un bâton de cannelle pour la touche un peu « von chaud », et un peu de whisky pour l’effet « hot whisky » bien chaud et réconfortant que je buvais en Irlande, à l’époque… 

Ingrédients (pour eviron 4 pots)
Environ 2kg de d’oranges bio non-traitée
1kg de sucre à confiture
½ verre de whisky
1 bâton de cannelle par pot

 

  1. Pelez les oranges à vif et en prélever les suprêmes. Pesez les oranges pour en avoir 1kg. (mangez le reste, ou alors augmentez la quantité de sucre pour avoir un poids sucre-fruit équivalent)
  2. Faites macérer les suprêmes d’orange dans le sucre spécial confiture, jusqu’à ce que ce dernier soit complètement dissout.
  3. Portez ce mélange à grosse ébullition pendant 10 grosses minutes, jusqu’à ce que la confiture soit nappante.  
  4. En fin de cuisson, ajoutez le whisky et mélangez bien
  5. Déposez un bâton de cannelle dans chaque pot, et remplissez les de confiture. Vissez les couvercles et retournez les pots pour bien stériliser le tout.

 

Patientez au moins une dizaine de jours avant de déguster… tartinée sur une belle tranche de brioche maison !

 

Cappuccino de cèpes aux châtaignes

Il y a quelques temps, j’ai eu la chance de participer à un Brunch organisé par Melitta, à l’occasion duquel j’ai découvert la petite dernière de la gamme : la Cremio
Globalement, c’est entre le fouet-à-lait et la bouilloire, cela permet de faire mousser du lait (de vache, de soja…).
Sauf que la Crémio peut aussi chauffer le liquide qu’on y met : bien pratique pour les réfractaires comme moi qui n’ont pas de micro-onde. On met son liquide froid, et on récupère de la mousse de lait chaude : idéal pour toutes les boissons type macchiatto, cappuccino et tutti quanti.

Tellement « tutti quanti » que je m’en suis servi pour faire un cappuccino version salé, à base de cèpes et de châtaignes. De quoi réchauffer nos petits cœurs face à l’hiver qui pointe son nez…

Ingrédients :

250g de cèpes
1L de bouillon de légumes (ou d’eau)
1 échalote
1 petite boite de châtaignes cuites
20g de beurre
20cL de lait de soja
Sel, poivre

Nettoyez et émincez les cèpes. Ciselez  l’échalote.

Dans une casserole, faites fond le beurre à feu doux. Faites revenir l’échalote jusqu’à ce qu’elle soit translucide, puis ajoutez les cèpes. Laissez cuire 5 minutes environ.

Ajoutez le bouillon (ou l’eau), salez et poivrez selon vos goûts et
laissez cuire une quinzaine de minute.

Ajoutez les marrons et poursuivez la cuisson 5 minutes supplémentaires.

Mixez finement la soupe.

Versez le lait de soja dans la Cremio et laissez tourner l’engin jusqu’à l’obtention d’une jolie mousse.

Servez la soupe dans des verres et ajoutez quelques cuillères de
mousse de lait de soja sur le dessus.

 

La bonne nouvelle arrive ici : j’ai une Crémio à offrir ! Pour participer, vous avez jusqu’au 31 octobre minuit pour mettre un commentaire à cet article. Je tirerai au sort le nom de l’heureux gagnant !

 

1 2 3