SDBC#6 Save The Date !

sans-titre

Le Salon du Blog Culinaire organisé par le site Internet 750 grammes ouvre ses portes au grand public les samedi 16 et dimanche 17 novembre 2013 à Soissons, en région Picardie.
Pour la 6ème année consécutive, cet événement met à l’honneur la passion et le talent de plusieurs centaines de blogueurs culinaires qui animent pour l’occasion, démonstrations et ateliers participatifs.
Si le Salon du Blog Culinaire permet aux blogueurs de se rencontrer in real life, cette manifestation est également ouverte aux non blogueurs.

Cette année encore, le grand public sera accueilli dans un espace dédié, classé monument historique : l’Abbaye Saint-Léger, édifice de toute beauté situé en plein centre-ville.

 

C’est là que Cécile et moi-même animerons dimanche à 15 heures un atelier participatif gratuit et réservé aux enfants (sur inscription)
SAVE THE DATE !

Pour la somme de 2 euros par personne (tarif adulte) reversée à Action contre la faim, vous accédez à des dégustations et à des démonstrations culinaires dont certaines autour de la Fourme d’Ambert, l’Agneau Presto, Les Huiles d’olive de nos terroirs ou encore les foies gras Montfort. Notez que le chef pâtissier Philippe Conticini, parrain d’honneur de l’édition 2013 du Salon du Blog Culinaire, anime également une démonstration mystérieusement et délicieusement baptisée « Recette surprise 100% sucrée ».
Si vous souhaitez mettre la main à la pâte, vous pouvez vous inscrire à des ateliers participatifs gratuits.
Pour 15 euros, vous pouvez également participer à une master class animée par un professionnel. Vous cuisinez sur place et repartez avec votre réalisation. Au programme : confiture maison ; macarons et chocolat ; dessert aux fruits de saison ;  légumes à la Saint-Jacques. Vous devriez trouver votre bonheur !
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme complet de l’événement ainsi que les moyens d’accès à l’Abbaye Saint-Léger sur le site Internet du Salon du Blog Culinaire.

Pasteis de Nata

J’avoue que jusque maintenant, je ne m’étais pas vraiment penchée sur la question de la gastronomie portugaise : ne mangeant pas de tomates, ail et oignons, elle me semblait bien inabordable…
Je m’y suis toutefois aventurée pour l’anniversaire d’un ami d’origine portugaise, pour lui cuisiner ses « plats préférés ».
C’est donc tout naturellement que j’ai choisi de réaliser ces petits Pasteis de Nata, arrivés à point nommé après les quelques chorizos et  Carne Porco Alentejana…

 

Ingrédients (pour une quinzaine de Pasteis)

– 1 rouleau de pâte feuilletée pur beurre, ou une pâte feuilletée maison
– 1/2 L de lait entier
– 50 g de maïzena
– 180 g de sucre
– 10 cL d’eau
– 3 jaunes d’œufs
– 1 bâton de cannelle
– le zeste d’un citron bio
– cannelle en poudre

 

1. Déroulez la pâte et ré-étalez-la très finement. Mettez-la au congélateur quelques minutes, découpez-la à l’emporte pièce et foncez-en des moules à muffin.  Réservez au réfrigérateur.

2. Versez la maïzena dans un saladier avec un peu de lait et mélangez bien pour obtenir une pâte sans grumeau.

3. Portez le reste du lait à ébullition avec le bâton de cannelle et le zeste de citron. Ôtez le bâton de cannelle et ajoutez progressivement à la farine sans cesser de remuer. Remettez sur le feu et porter à ébullition sans cesser de remuer. Ce mélange doit ressembler à une béchamel.

4. Faire bouillir l’eau et le sucre pendant 3 minutes puis ajoutez progressivement à la préparation antérieure. Laissez refroidir puis incorporez les jaunes d’œufs. Versez cette préparation dans les moules presque jusqu’au bord.

5. Enfourner pendant 15 minutes dans un four préchauffé à 250°C, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

Dégustez tièdes ou froids, après les avoir saupoudrés d’un peu de cannelle.

Zwetschgenkuchen – ou tarte aux quetsches à l’allemande

Cette année, je suis retournée sur les bancs de l’école ! A raison de 2 heures par semaine, j’ai repris des cours d’allemand, qui avait lieu le soir jusque 20 heures. Autant dire qu’à ces horaires là, les conversations tournaient principalement autour de la bouffe – du pain aux croissants, en passant par le Harzer Käse, les Germknödel, et autres douceurs outre-Rhin…

Ce qui m’a le plus marqué, c’est cette recette de « tarte aux quetsches » (à prononcer ici [tvètchkeunkouren]) comme je n’aurais jamais pensé la faire à Paris:  Surtout, ne jamais jamais sucrer les fruits au moment de la cuisson, c’est à cause de ça qu’ils rendent leur eau et détrempent la pâte  – logique, mais moi je n’avais jamais eu ce réflexe.  Saupoudrer de sucre en grain en sortant du four, ou alors recouvrir de « streusel », comme la plupart des tartes aux fruits là bas… cette recette est un vrai délice !
Un grand merci à Anne pour la recette !

Pour la pâte :
– 250g de farine
– 100g de beurre
– 75g de sucre
– 1 œuf
– ½ sachet de levure
– 1 pincée de sel

– 1kg de quetsches
– 3 cuillères à soupe de sucre en poudre
– 3 cuillère à soupe de sucre en grain
– 50g d’amandes effilées
– 1 cuillère à café de cannelle

1.Préparez la pâte : dans le bol du robot,  versez la farine, la levure, le sucre et le beurre. Mélangez jusqu’à l’obtention d’un mélange sableux. Incorporez l’œuf légèrement battu. Formez une boule avec la pâte et laissez la reposer au réfrigérateur le temps de continuer la recette.

 

 

2.  Préparez les quetsches : à l’aide d’un petit couteau, coupez les quetsches de la manière suivante :

a) entaillez la quetsche sur les 2/3 dans le sens de la hauteur. (flèche rouge)

b)Retournez le fruit verticalement, et faites une autre entaille sur les 2/3 (flèche jaune)

c) prolonger la découpe de l’un des côté, afin de couper le fruit en forme de W. (ici : la flèche rouge va rejoindre la croix verte) On enlève ainsi le noyau très facilement.

 

 

3. Etalez la pâte avec les mains sur 2-3 centimètre d’épaisseur, dans un moule à charnière antiadhésif.

4. Disposez les quetsches debout sur la pâte, et enfournez 30 minutes à 180° SANS SUCRER LES FRUITS.

5. Au bout de 30 minutes, sortez la tarte. Saupoudrez de cannelle, du sucre en poudre et d’amandes effilées. Ré-enfournez pour 20 minutes à 180°.

6. Quand le gâteau est cuit, sortez le et saupoudrez-le avec le sucre en grain. Laissez tiédir et dégustez !

Tajine d’agneau presto !

C’est la course en ce moment ! Changer de vie chamboule les équilibres… J’ai ramassé la fardeaux des transports en commun, où je passe dorénavant presque deux heures par jour. Au début, c’était la déprime. J’avais l’impression de perdre mon temps, de «ne plus avoir une minute pour moi», notamment pour cuisiner.
Au lieu de sombrer dans la déprime (qui m’a quand même touché les premiers mois), je m’organise. Je travaille plus sur les fonds de frigo et le recyclage des restes / J’invente des nouvelles recettes qui se préparent à l’avance ou simplement «plus rapides».

 

 

Du coup, voici une recette de « tajine » express d’agneau ! J’ai utilisé ici de l’émincée de noix de gigot AgneauPresto, pour une recette au top en moins de 15 minutes chrono !

 

Pour 4 personnes :
500 grammes d’émincée de noix de gigot Agneau Presto
2 oignons blancs des Cévennes
2 poivrons rouges
6 figues séchées
1 petit citron confit
2 poignées d’olives
2 cuillères à café de raz el hanout
Sel, poivre, huile d’olive

 

 

 

1. Faites mariner l’agneau avec le raz el hanout et une cuillère d’huile d’olive. Réservez.

2. Coupez les figues en petits cubes. Les mettre dans un bol et les recouvrir d’eau bouillante.

3. Emincez l’oignon, les poivrons et le citron confit. Faites les revenir dans un wok (ou une poêle) à feu vif avec un peu d’huile d’olive, en commençant par l’oignon, puis le citron, le poivron et enfin les olives. Salez et poivrez.

4. Quand les oignons sont tendres, ajoutez l’agneau et faites le bien dorez. Ajoutez ensuite les figues avec leur eau. Laissez cuire quelques instants, et dégustez !

J’ai servi ce tajine express avec du boulgour et… une bonne salade verte !

[OctobreRose] Yaourts au pralines roses fermes, bien crémeux et sans yaourtière !

Cette année encore, les blogs culinaires se mobilisent en s’habillant de roses tout au long du mois d’octobre : c’est le mois de la sensibilisation au dépistage du cancer du sein.
Le cancer du sein touche aujourd’hui 1 femme sur 8. Plus ce cancer est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes. 
Le dépistage précoce permet aussi et surtout de diminuer l’agressivité des traitements de manière très importante… 
Donc allons-y : à nos mamo !

Je profite de cette recette pour introduire une nouvelle rubrique sur le blog : la rubrique Thermomix.
Depuis le temps qu’il a intégré ma cuisine, c’est vrai que je l’utilise de plus en plus : un vrai gagne temps, qui me permets d’être au four et au moulin.

Voici une recette de yaourt. Certes, ceux-ci ne sont pas «cuits» au Thermomix (résultats moyennement probants), mais il m’a bien aidé à mixer les pralines finement, à faire chauffer le lait et l’apporter à bonne température. 
C’est une recette très crémeuse et onctueuse, tout en gardant un yaourt assez ferme. Et en bonus : de délicieux petits morceaux d’amande croquants en surface du yaourt… une tuerie !

Ingrédients :
1L de lait entier
1 yaourt à la grecque
3 goutes de présure
80g de pralines roses
2 cuillères à soupe de lait en poudre

1. Mixez les pralines roses au thermomix, en montant la vitesse progressivement : commencez à 3 et finir à 6 (cela évite un volume sonore trop élevé)

2. Faites chauffer le lait à 80 degrés pendant 20mn, vitesse 1.

3. Ajoutez la poudre des pralines roses, mixer 15 secondes à vitesse 1. Laissez refroidir le lait à 37 degrés (lorsque le voyant 37° s’allume)

4. Ajoutez le yaourt et le lait en poudre. Mixez 15 secondes vitesse 1. Il ne doit pas y avoir de grumeau.

5. Versez dans des pots à yaourt en verre, et placez les yaourt au four en fonction «étuve» (40°) pendant 8 heures.

6. Recouvrez les pots de film alimentaires et placez au réfrigérateur pendant 5 heures au moins.

Encore une belle surprise à l’atelier 750g !

Le nouveau « QG des blogueurs » a accueilli la semaine dernière encore une bien belle rencontre !
En ce 25 septembre 2013, c’est Fiskars qui était venu nous présenter leur gamme de produits pour la cuisine.
Fiskars, c’est l’icône des célèbres paires de ciseaux «oranges», élus par moi « Les seuls qui coupent bien » : après en avoir testé une batterie inimaginable  pendant mes (longs) préparatifs de mariage, j’en revenais toujours aux mêmes.
Du coup, j’avais grand hâte de « goûter » à l’acier de leurs couteaux, râpes et autres petits bijoux de l’art culinaire.

« Créée en 1649, Fiskars est la plus ancienne entreprise de Finlande. Fiskars fabrique et forge des outils et de l’acier depuis 360 ans. Nos racines viennent du village de Fiskars, devenu un centre d’art et de design où se mêlent l’esthétisme moderne et les anciennes traditions artisanales. Fiskars fût, en 1967, la première entreprise à lancer des ciseaux à anneaux en plastique dans le monde. Depuis, ces ciseaux orange ont été vendus à plus d’un milliard d’exemplaires à travers le monde et sont devenus de véritables icones à tel point que la couleur orange Fiskars est synonyme de ciseaux partout dans le monde. Fiskars est la marque numéro 1 de ciseaux à l’échelle planétaire. »

 

Menées par CriCri et en douce companie d’Angélique et d’ Aurélie, nous avons crée 4 recettes mettant à l’épreuve la large gamme Fiskars : 2 sucrées et 2 salées.

En cette belle journée d’automne, Aurélie et moi nous étions mises ensemble pour réaliser un petit tartare de légumes d’été, histoire de profiter des derniers jours de soleil de l’année.

 

Pour 4 personnes :

1 courgette
4 tomates
1 oignon
3 artichauts poivrade
5 feuilles de basilic
Sel
Poivre
Citron
Huile d’olive
4 tartines de pain
piment d’Espelette

 

1. Tourner les artichauds poivrade. Aurélie et moi avons utilisé un couteau économe : ça marche.
Emincez-les finement comme un carpaccio, et plongez-les immédiatement dans de l’eau citronnée.

2. Couper en brunoise la courgette, les tomates et les oignons.

3. Mettez le tout dans un saladier, ajoutez le basilic finement ciselé et assaisonnez d’huile d’olives, de citron, de sel, et de poivre. Mélangez bien l’ensemble et réservez au frais.

4. Faites griller 4 tranches de pain,  placez-les dans une assiette et déposez une belle quenelle de salade (légèrement égoutée pour ne pas trop détremper le pain) sur les tranches de pain. Ajouter le carpaccio d’artichauts poivrades sur le dessus.

Saupoudrer de piment d’Espelette et servir.