Magret de canard, purée d’artichaut et pleurotes.

Le 30 mars dernier, j’ai été invitée à découvrir le petit dernier de chez Montfort : le tendre magret.
Je ne vous le cache pas, depuis la finale du concours Champagnes de Vignerons où je me suis pris une veste à cause d’un magret trop cuit, cette viande de choix a toujours un peu amer dans ma bouche.
Alors quand on m’a parlé de ce magret là, qui propose une « cuisson inratable », une viande qui reste fondante, même quand elle est bien cuite, j’ai eu envie de tester.
Comment font-ils pour qu’elle soit si tendre ? Tout simplement : ils sont attendris par un process de barattage mécanique (comme quand le bouché donne des coups sur une escalope, sauf que là c’est mécanique 😀 )

magret de canard

Pour 2 personnes :
2 Tendre Magrets
500g de fond d’artichaut (je les prends surgelés)
10cL de crème liquide
500g de pleurotes
100g de noisettes
Sel, poivre, huile d’olive

1. Faites cuire les fonds d’artichaut à la vapeur. Personnellement j’ai utilisé ma bonne vieille cocotte minute.

2. Pendant ce temps, commencez à faire cuire les magrets :
– Les Tendres Magrets étant déjà préparés, pas besoin d’enlever les nerfs et le gras… Il faudra le faire si vous utilisez des magrets « classiques »
– Quadrillez légèrement la peau et salez la viande.
– Placez les côté peau dans une poêle, départ à froid, sur feu moyen-doux. Laissez les magrets rendre leur graisse, 10mn côté peau. Otez la graisse régulièrement.
– Au bout de 10mn, retournez les magrets et laissez les cuire 5mn côté chaire.
– Lorsqu’ils sont cuits, enveloppez les individuellement dans du papier aluminium et laissez-les reposer jusque la fin de la recette.

3. Faites griller les noisettes à sec dans une poêle à feu moyen.

4. Emincez les pleurotes et faites les cuire dans une poêle à feu vif, avec de l’huile d’olive et une pincée de sel. Lorsqu’elles sont cuites, poivrez.

5. Mixez les artichauts cuits avec la crème. Salez et poivrez.
Dressez chaque assiette avec un demi magret, de la purée d’artichaut, des noisettes grillées et concassées et quelques pleurottes.

Mamy Thérèse : place à l’authentique madeleine dans le Marais !

Il y a quelques semaines, j’ai été invitée à découvrir en avant première la boutique Mamy Thérèse dans le marais. Mamy Thérèse, c’est le nouveau repère des gourmands de tout âge, épris de la douce nostalgie des bons gâteaux faits maisons, et pas n’importe lesquels : la fameuse madeleine.

Elle y est déclinée sous toutes ses formes, salée ou sucrée et meme comme base de croc monsieur ou quiche.
Le créateur de la boutique, Jacques Mercier, originaire de Lorraine, a voulu créer un lieu qui puisse proposer les délicieuses madeleines de son enfance, oui, celles de mamy Thérèse. Les recettes de la grand-mère au bon goût d’autrefois ont été revisitées par  le chef pâtissier Benoît Molin, dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois sur ce blog, est qui est aussi un très bon ami.

Mamy Thérèse se fournit auprès de petits producteurs en grande majorité bio pour proposer des produits de qualité. Les madeleines sont préparées sur place tout au long de la journée de façon à ce qu’elles soient le plus fraîches possibles.

Madeleine à partir de 1,10€ pièce, ou au poids à partir de 4€ les 100g.

Adresse :
19, rue Saint-Antoine 75004 Paris
Horaires :
Fermé le lundi
8h à 19h

Du melon en hiver ? Vive la sélection variétale !

Il y a quelques semaines, je vous présentais ici une recette de brochettes de melon et crevettes exotiques, que j’ai eu grand plaisir à préparer dans le cadre du Salon de l’Agriculture, et à préparer sur le plateau de TV Agri, dans le village semence organisé par le GNIS.

Ze Cookin’ Girl : un amour de melon !

 

Ce fut une très belle expérience, qui m’a permis de réaliser que le melon peut aussi se déguster en hiver grâce aux espèces venues de Guadeloupe, qui bénéficient d’ailleurs d’une IGP.

 

Présent sur les étals depuis janvier, le Melon de Guadeloupe IGP se déguste jusqu’à début mai.
Au printemps, sa fraîcheur et son goût chaleureux provenant de son terroir sont très appréciés. Cultivé depuis 30 ans sous le soleil guadeloupéen, il mûrit doucement dans les champs verdoyants et s’enrichit de tous les parfums des Caraïbes amenés par le souffle des alizés. Les sols argileux et les conditions climatiques exceptionnelles sont idéaux pour produire un melon de haute qualité.

Sa culture est délicate et menée avec précaution : l’irrigation et le désherbage sont ainsi raisonnés pour respecter la structure des sols. Produit de saison, il est récolté quotidiennement uniquement de décembre à mai, à la main à maturité optimale. Avant leur conditionnement, les fruits sont sélectionnés manuellement pour leur niveau de maturité, leur taux de sucre et leur goût. Ils sont expédiés vers la métropole le jour même par avion sur des vols passagers.

N’hésitez donc pas à profiter de ce beau produit, hiver comme été !

Voici quelques recettes que j’avais déjà réalisées avec du melon :

Gaspacho de Melon au tartare de concombre et chèvre frais :

Salade de melon, pastèque et mozzarella :

Montadito de Pata Negra et chutney de melon au piment d’Espelette

Bébé mange de tout !

Dans quelques semaines, je vais commencer la diversification alimentaire avec Joseph.
En accord avec son pédiatre, j’ai choisi de suivre les recommandations de l’OMS : poursuivre l’allaitement maternel exclusif jusque ses 6 mois, puis commencer les légumes, puis les protéines animales et la gluten.
Cette étape cruciale est toujours un peu effrayante, même si Joseph est mon deuxième enfant… Comment s’y prendre correctement ? Quelles recettes lui proposer pour l’éveiller au goût (même si une partie de ce boulot a déjà été rempli en partie avec le lait maternel) ? Comment en faire un moment de plaisir et de complicité, sans stress et sans casse tête, alors qu’on a un emploi du temps copieusement rempli…
Avec toutes ces questions en tête, j’ai été ravie de participer il y a quelques temps à la présentation du livre d’Annabel Karmel, « Bébé mange de tout », qui arrive chez nous après avoir été vendu en millions d’exemplaires chez nos amis outre Manche, où elle a notamment reçu des prix pour sa contribution à la nutrition des enfants.

bébé mange de tout

Cet ouvrage est un guide indispensable pour tout savoir de l’alimentation pour bébé : les aliments à ne pas donner, les différentes étapes de la diversification et les astuces pour qu’il mange de tout avec plaisir. Des recettes gourmandes et nutritives pour des enfants heureux et en bonne santé.

Dans ce livre, on trouve :

– 200 recettes illustrées, triées par âge et par catégories (légumes,
fruits, poisson, viande, etc.)
– Des exemples de menus pour tous les âges (de 4 mois à 3 ans)
– Des astuces et conseils pour des repas originaux et équilibrés
– Les dernières recommandations des pédiatres et experts en nutrition

J’ai encore un gros travail de recherche pour choisir quelle sera LA recette, la toute première, pour mon Jojo. Je vous la partagerai bien spur sur le blog

Brochettes de melon épicé aux crevettes

Cette année encore, j’aurai le plaisir de vous retrouver le 1er Mars au Salon International de l’Agriculture, avec le Groupement National Interprofessionel des Semences, pour cuisiner le Melon.

Avant de sortir les martinets pour le non respect des saisons, lisez ceci : présent sur les étals depuis janvier, le Melon de Guadeloupe IGP se déguste jusqu’à début mai. De quoi varier les plaisirs des fruits d’hiver.

Donc, voici une recette simple et rapide qui mettra beaucoup de soleil et de bonheur dans l’assiette, et égayera vos apéritifs.

brochettes melon crevette apéritif

Pour 4 personnes
– 1 melon
– Une douzaine de crevettes
– Une petite botte de coriandre
– 1 cm de gingembre
– 1 petit piment oiseau

1. Coupez le melon en 2 et enlevez les graines.

2. A l’aide d’une cuillère à pommes parisiennes, prélevez-en des billes.

3. Ciselez la coriandre ainsi que le piment, et râpez finement le gingembre. Versez le tout sur les billes de melon, et laissez mariner.

4. Décortiquez les crevettes.

5. Montez les brochettes en piquand une bille de melon et une crevette. Réservez au frais jusqu’au moment de servir.

brochettes melon crevette apéritif

Je vous propose de me retrouver Mercredi 1er Mars à 13h sur le stand du GNIS au salon de l’agriculture pour la réalisation de cette recette en live ! Et si vous ne pouvez vous y rendre, vous pourrez voir la recette en live là :


#VillageSemence 2017 par tv_agri

Macarons façon Mogador de Pierre Hermé

Nous ne sommes pas particulièrement adeptes de la Saint Valentin à la maison (surtout lorsque le PSG joue à domicile contre Barça ce soir là..) mais lorsque j’ai reçu cette bouteille de champagne rosé de la Maison Gaudinat Boivin par Les Champagnes de Vignerons, je me suis dit qu’il serait dommage de ne pas lui proposer un accord digne de ce nom…
Cela faisait aussi bien longtemps que je n’avais pas fait de macarons : un an pour être précise, à l’occasion de la Saint Valentin 2016.
Comme ce Champagne est est suffisamment fruité et puissant pour s’équilibrer avec la matière riche d’une ganache, je me suis dit qu’il serait le compagnon idéal de ce dessert gourmand : les macarons Mogador (ganache chocolat au lait et fruit de la passion). Cette recette permet de varier du sempiternel accord chocolat-framboise ou chocolat-orange, en apportant une touche d’acidité exotique aux macarons. C’est l’une de mes alliances favorite.

 

Pour 20 macarons :
– 40 coques de macarons élaborées à partir de ma recette de base
(Je les ai réalisé avec une pointe de colorant marron, et après cuisson lustrés avec une poudre irritée dorée)
– 10cL de jus de fruit de la passion
– 200 g de chocolat au lait
– 50 g de beurre à température ambiante

1. Coupez le beurre en morceaux et hachez le chocolat au lait.

2. Portez le jus de fruits de la passion à ébullition. Versez-le en trois fois sur le chocolat.

NB : Si la ganache tranche lorsque l’on verse le jus de fruits de la passion, c’est normal. Continuez de mélanger et le mélange finira par s’émulsionner.

3. Laissez la ganache refroidir et versez-la dans une poche à douille.

4. Garnissez les macarons de la ganache, et laissez-les reposer au moins 24h au réfrigérateur avant de déguster.

Kugelhof salé à l’abondance et aux noix

J’ai piqué cette idée de kugelhof salé à mon ami Sebastien, qui nous a apporté sa version il y a quelques temps pour l’apéro. C’était terriblement bon, et tellement mieux que le so-has-been cake salé… D’autant plus qu’après la recette du Kugelhof sucré que j’avais publiée en décembre, je ne pensais pas m’arrêter en si bonne voie.

Kugelhof salé

Ingrédients :
350g de farine
125g de beurre
1 cuillère à soupe de sucre en poudre
3 œufs
5cl de lait
15cL de bière brune
100g de cerneaux de noix (réserver un cerneau pour chaque cannelure du moule)
150g de lardons fumés
100g d’abondance
1 cuillère à café de sel
Une belle râpée de noix de muscade
1 sachet de levure de boulanger déshydratée

1. Versez la farine dans le bol du robot. Creusez une fontaine, versez-y la levure. Ajoutez le lait tiédit. Laissez gonfler quelques minutes puis commencez à battre à vitesse lente

2. Ajoutez les œufs préalablement battus en omelette, le sucre, le sel, la bière et la muscade. Poursuivez le pétrissage jusqu’à ce que la pâte soit soyeuse et se détache des bords du bol.

3. Ajoutez alors le beurre ramolli, et poursuivez le pétrissage jusqu’à ce qu’il soit bien incorporé.

4. Recouvrez d’un torchon propre et laissez lever la pâte jusqu’à ce qu’elle double de volume.

5. Pendant ce temps, faites dorer les lardons dans une poêle et râpez l’abondance. Incorprez lardons, abondance et noix à la pâte. Réservez un cerneau de noix par cannelure de moule.

6. Beurrez et farinez le moule, et disposez un cerneau de noix au fond de chaque cannelure. Versez-y la pâte aux 2/3 environ (s’il reste de la pâte, versez-la dans un autre moule)

7. Faites pousser la pâte une deuxième fois jusqu’à ce qu’elle soit au raz du moule.

8. Enfournez pour 45mn environ à 180°. Une fois cuit, laissez le kugelhof tiédir dans le moule, puis démoulez-le.

A déguster tiède à l’apéritif, ou bien en plat principal avec une bonne salade !

Makis de crêpes façon Banofee Pie

Le Saviez Vous ? > D’après une étude OpinionWay, le caramel est LA saveur préférée des français pour la chandeleur, et SURTOUT pour les femmes (à 56%)… Et ça se vérifie chez nous aussi ! Cette recette de makis de crêpes façon Bannofee Pie m’a hanté l’esprit jusqu’à ce que je ne cède à la tentation de la réaliser. Surtout lorsque j’ai pu tester le caramel Bonne Maman à la vanille de Madagascar… La tuerie en pot.
Cette recette est là pour donner du peps à la traditionnelle crêpes au sucre, avec une forme plus moderne, plus ludique et surtout plus gourmande… Attention, cette recette présente la grande difficulté de ne pas avaler tout le pot avant la confection des makis ! (mais à part ça, elle est très simple à réaliser..)

makis de crêpe banofee pie

Ingrédients pour 4 personnes
8 crêpes (recette disponible >> ici <<)
2 bananes
1 pot de caramel Bonne Maman à la vanille de madagascar
1/2 pot de mascarpone
2 cuillères à soupe de cacao non sucré

1. Mélangez le cacao amer avec le mascarpone.

2. Découpez les bananes en bâtonnets.

3. Déposez une crêpe sur une feuille de film étirable. Tartinez-la de Caramel. A la base de la crêpe, déposez des morceaux de bananes dans le sens de la longueur ainsi que du mascarpone au cacao (je l’ai fait à l’aide d’une poche à douille)

4. Roulez le tout comme un maki/comme un nem et serrez bien dans le film étirable.

5. Réservez 1h au congélateur avant de découper en tronçons pour réaliser les makis.

 

(détails de l’étude OpinionWay pour Bonne Maman, Novembre 2016)

makis de crêpe banofee pie

Ballotines de volaille aux cèpes et risotto milanais

L’an dernier, j’ai découvert le site le site Mon-marché.fr, un service de courses en ligne qui propose des produits de super qualité frais, locaux, de saison, et même bio !
J’ai vite trouvé ça une bien meilleure alternative aux « Drives » divers que l’ont trouve dans la région, qui me refourguaient systématiquement leurs invendus/périmés/avariés… Surtout qu’à partir de 60€ d’achat, la livraison est gratuite : cela m’a bien souvent sauvé la vie quand j’étais enceinte.
L’an dernier, je vous avais préparé 3 recettes en partenariat avec eux : un boeuf Wellington, un Fish&Chips et un poulet au riesling.
Cette fois-ci, je reviens avec une cette nouvelle recette de ballotines de volaille aux cèpes et risotto milanais, plutôt facile à réaliser : c’est la problématique de mon mari qui est à la fois grand sportif (donc accro au blanc de poulet) et gastronome (en quête de nouvelles recettes).

Pour 4 personnes :
5 blancs de poulet
30cL de crème liquide
1 blanc d’oeuf
50g de cèpes séchés
400g de riz Arborio
1 oignon
1 cube de bouillon de légume
50g de parmesan
2 cuillères à soupe de mascarpone
1 bouteille de Riesling
Sel, poivre, huile d’olive

1. Faites bouillir de l’eau. Mettez les cèpes séchés dans un bol et recouvrez-les d’eau bouillante. Laissez-les gonfler.

2. Coupez 4 blancs de poulet dans le sens de l’épaisseur pour en faire des escalopes assez fines.

3. Réalisez la mousseline de volaille :
Mixez le blanc de poulet restant avec 20cL de crème liquide et le blanc d’œuf et les cèpes (réservez bien l’eau de trempage des cèpes pour plus tard)

4. Réalisez les ballotines :
– Découpez un morceau de film étirable d’environ 35cm de long.
– Déposez-y un blanc de poulet aplati.
– Répartissez en son centre un peu de mousseline de volaille.
– Roulez le tout comme un maki, en l’entourant dans le film étirable. Serrez bien et nouez les extrémités du film étirable.
– Répétez l’opération pour tous les blancs de poulet.

5. Faites cuire les ballotines de poulet dans une eau frémissante 20 minutes environ. Pendant ce temps, réalisez le risotto.

6. Réalisez le risotto :
– Ciselez finement l’oignon et réservez-en la moitié pour la suite de la recette.
– Faites bouillir 1L cl d’eau et diluez-y le bouillon de légumes.
– Dans une poêle à bords hauts ou une casserole, faites suer l’oignon avec de l’huile d’olive sans le faire colorer. Ajoutez le riz et nacrez-le. Déglacez avec ½ verre de Riesling et faites cuire en remuant jusqu’à complète évaporation.
– Versez le bouillon chaud petit à petit en mélangeant régulièrement.
– Quand le riz a absorbé tout le bouillon (environ 18-20 min), le risotto est cuit. Hors du feu, couvrez et laissez reposer 2 à 3 min.
Ajoutez alors le parmesan et le mascarpone hors du feu et mélangez énergiquement afin d’émulsionner le risotto. Le risotto doit être crémeux, rajoutez un peu de bouillon si celui-ci est trop compact.

7. Réalisez la sauce :
– Dans une poêle, faite suer le reste de l’oignon avec un peu d’huile d’olive.
– Déglacez avec un demi verre de Riesling et laissez évaporer l’alcool.
– Ajoutez l’eau de trempage des cèpes et le reste de crème. Laissez réduire le tout jusqu’à ce que la sauce soit bien nappante.

Dressez les ballottines de poulet coupées en deux, servies avec le risotto et nappées de sauce.

Le Kugelhof de Maman (la Vraie recette)

Je vous livre cette recette de kouglof/kougelhof/kugelhof/kugelopf/kougelhopf/kugelhopf/kouglouf/Gugelhupf (prononcez « coup-gueule-off » ou « coup-gloffe ») en deux façons : la « brute », telle que j’en ai moi même hérité : rédigée et soigneusement tapée par ma mère qui voulait garder dans les anales ses meilleures recettes (rangées dans un classeur, sous pochettes transparentes : l’ancêtre des blogs culinaires, messieurs dames !)
Ma mère le réalisait « à la main » : je la revois « piégée » pendant des heures, les mains collées dans la pâte collante du kugelhof… Personnellement j’ai adapté cette recette façon « 2016 », où je la réalise dans mon Kitchen Aid et garde les mains propres.
Un grand merci à ma grande sœur chérie Adeline qui a récupéré ces archives familiales et m’en a donné une copie <3

kugelhof

Ingrédients :
600g de farine
250g de beurre
120g de sucre
3 œufs
25cl de lait
50g d’amandes entières (une pour chaque cannelure du moule, en fait..)
100g de raisins secs
10cL de kirsch ou de rhum
1 cuillère à café de sel
1 sachet de levure de boulanger déshydratée

1. Versez la farine dans le bol du robot. Creusez une fontaine, versez-y la levure. Ajoutez le lait tiédit, laissez gonfler quelques minutes puis commencez à battre à vitesse lente

2. Ajoutez les œufs préalablement battus en omelette, le sucre et le sel. Poursuivez le pétrissage jusqu’à ce que la pâte soit soyeuse et se détache des bords du bol.

3. Ajoutez alors le beurre ramolli, et poursuivez le pétrissage jusqu’à ce qu’il soit bien incorporé.

4. Recouvrez d’un torchon propre et laissez lever la pâte jusqu’à ce qu’elle double de volume.

5. Pendant ce temps, faites chauffer le rhum et faites-y gonfler les raisins. Une fois gonflés, ajoutez-les à la pâte qui a doublé de volume, et incorporez-les bien.

6. Beurrez et farinez le moule, et disposez une amande au fond de chaque cannelure. Versez-y la pâte aux 2/3 environ (s’il reste de la pâte, versez-la dans un autre moule)

7. Faites pousser la pâte une deuxième fois jusqu’à ce qu’elle soit au raz du moule.

8. Enfournez pour 45mn environ à 180°. Une fois cuit, laissez le kugelhof tiédir dans le moule, puis démoulez-le et saupoudrez-le de sucre glace.

Et pour ceux qui aiment mettre la main à la pâte :
kouglof

1 2 3 4 26